2016

2011 → 

Collège

« Haute couture »

  • Situation : Rue des Trente - Tinténiac (35)

  • Programme : Extension et restructuration en site occupé du collège Théophile Briant (650 élèves)

  • Mission : Base x Diagnostic x Exe cuisine x OPC x SSI

  • Maîtrise d'ouvrage : Conseil général d'Ille-et-Vilaine

  • Maîtrise d'oeuvre : Architecte mandataire : forma6 x BET Structure bois : Eribois x BET Fluides et SSI : Albdo x BET Cuisines : Begc x BET Acoustique : Acoustibel x Economiste : Techniques & Chantiers x OPC : Alain Philippe

  • Coût des travaux : 6 696 797 € HT

  • Surface : SHON : 5 322 m² (extension : 2 602 m² - restructuration : 2 720 m²)

  • Crédits Images : Patrick Miara

L’appropriation du programme nous amène à réinterroger les postulats et à faire des choix. L’extension centrale de 1993 à des niveaux différents et à la volumétrie contrainte se pose à l’axe du bâtiment principal, scindant l’espace intérieur et extérieur en deux : sa volumétrie ne permet pas d’installer confortablement et efficacement le programme. Le choix de déconstruire ce bâtiment s’est vite imposé libérant ainsi des contraintes fortes.

La longe barre de 1951, de granit et d’ardoise, sobrement présente, sert de base à la composition. Alors que la pliure de l’aile Est pose les principes de l’extension. Les bâtiments neufs viennent s’aligner et se plier contre la diagonale qu’elle génère. Le mur du préau est prolongé afin d’isoler le logement de fonction qui participe du même principe de pliage et de servir d’appui aux vestiaires. Ce principe de composition permet de densifier et d’homogénéiser le bâti, de conserver le préau existant, de libérer une zone propice à des extensions futures et de créer un seul espace de cour qui facilite la surveillance.

Le large socle densifié est percé d’un patio central permettant l’éclairage et découpé sur sa façade extérieure de creux prenant leur inspiration dans le creux du préau. Ces éléments permettent de ménager les entrées et, entre autres, l’entrée principale, couverte par l’étage en porte à faux, signal urbain visible depuis la rue du Haut Champ.

La composition générale s’inspire de l’église de Tinténiac. Un dialogue s’instaure entre les volumes de béton, bas, bruns et dentelés de l’extension principale et le volume haut et massif du bâtiment d’origine d’ardoise et de granit. En contraste, le volume en porte-à-faux de l’étage vient s’affirmer, léger, dressé comme symbole et repère urbain en se parant d’un bardage de métal blanc ciselé à la façon d’une dentelle bretonne. De la même façon, les espaces extérieurs se différencient, l’espace planté entre CDI et salles d’arts devient un espace extérieur calme et ombragé, la cour de récréation prenant appui sur la diagonale des façades offre un lieu de jeux plus vaste et exempt d’obstacles. Le parvis, comme un tapis déroulé sur la cour, prolonge les directions esquissées par le bâtiment. Il passe les limites de propriété pour marquer une zone de ralentissement sur la rue du Haut Champ et mène doucement vers l’entrée et le hall, façon d’accueillir l’élève avec attention et déférence.

Notre positionnement architectural consiste à nous inscrire de manière contemporaine dans un site tout en mettant en avant ses composantes paysagères et patrimoniales. Nous nous sommes attachés à donner un sens et à créer une unité entre des éléments hétéroclites et à concilier les demandes spécifiques d’un programme, et les données multiples d’un site. Il nous parait fondamental de nous saisir de l’architecture comme créatrice de lieux de vie.