Projet en cours

« Moulins à vent »

  • Situation : Rue du Gaingalet - Fontenay-Le-Comte (85)

  • Programme : Reconstruction sur site hors internat du collège André Tiraqueau (760 élèves)

  • Mission : Base x Diagnostic x Exe x OPC x SSI

  • Maîtrise d'ouvrage : Conseil Départemental de la Vendée

  • Maîtrise d'oeuvre : Architecte mandataire : forma6 x BET Structure : SERBA x BET Fluides et SSI : ACE x BET HQE: Tribu x BET Vrd : PRAGMA x BET Cuisines : Begc x BET Acoustique : Acoustibel x Economiste : Techniques & Chantiers x OPC : Techniques & Chantiers

  • Coût des travaux : 12 000 000 € HT

  • Surface : SP : 9 382 m²

Un des objectifs de la reconstruction du collège André Tiraqueau est de redonner au collège une façade urbaine, identifiable et accueillante tout en répondant à un programme fonctionnel dans un site occupé.

Ainsi, le parvis minéral installé au centre d’une prairie fleurie légèrement en creux permet d’embrasser l’ensemble du site d’un seul coup d’œil. Le jeu des volumes sur le parvis forme un signal urbain fort et repérable nécessaire à l’identification du collège. Un seul lieu d’accueil évident et généreux est créé.

D’une composition avec bâtiment central et espaces extérieurs complexes à la surveillance, le nouveau collège affiche avec simplicité une composition autour de l’espace central de la cour, protégé des vents dominants par les nouveaux bâtiments et un merlon planté. La composition ainsi définie permet d’optimiser le phasage à une seule tranche de construction, les nouveaux bâtiments venant se glisser dans les espaces libres de l’ancien collège.

Les volumes et les façades s’inspirent de l’architecture riche et des matériaux nobles de Fontenay Le Comte. Les nouveaux bâtiments présentent des volumétries simples, parallélépipédiques, compactes et rationnelles. Le volume du bâtiment principal vient s’extruder, se fractionner, coulisser, afin de créer des vides et des creux nécessaires à son fonctionnement, à l’éclairement naturel ainsi qu’aux contraintes de l’existant.

Les façades sont en béton préfabriqué blanc type prémurs, optimisant les temps de chantier. Un deuxième matériau noble, constitué d’un alliage cuivre-zinc particulièrement rigide et teinté dans la masse type TECU BRASS, joue les contrastes par sa teinte dorée/orangée et vient réveiller les façades plutôt lisses et mates par sa luminosité. Son traitement parfois perforé lui donne de la transparence et de la profondeur. Le motif de la perforation est celui d’un moulin à vent en origami à la fois contextuel et ludique. Les façades Nord et Sud présentent de longs bandeaux de fenêtres permettant un éclairement naturel optimum des salles de classe. Elles sont encadrées d’une modénature contemporaine agrémentées d’une joue perforée permettant la ventilation naturelle nocturne protégée de la pluie et de l’intrusion tout en laissant passer la lumière.

Le projet s’est attaché à proposer des cheminements logiques, sécurisés et évidents en particulier le cheminement principal dès l’entrée. Ainsi, le hall d’accueil s’inscrit dans le prolongement du parvis et permet de rejoindre le préau, d’accéder au hall-forum de la SEGPA ou, depuis un vaste escalier central, monumental, de gagner les deux étages où se rassemblent les salles d’enseignement. L’ensemble du collège est visible et compréhensible depuis ce hall traité en rue intérieure bioclimatique largement dimensionnée (9,30m) où se concentrent les circulations verticales, les éléments techniques et les accès aux salles. Sa volumétrie haute va chercher la lumière naturelle, modulée suivant l’orientation, par des verrières orientée nord-ouest. Ces verrières participent de la ventilation naturelle, du désenfumage du hall et surtout de l’éclairage en fond de salle. En effet, pour permettre une densité et une compacité du bâti, économique et thermique, les salles banalisées au sud ont une profondeur de 7,20m et les grandes salles scientifiques, technologiques et artistiques au nord, une profondeur de 8,40m. De part et d’autre des refends longitudinaux de la rue intérieure, le cloisonnement transversal permet la modularité des salles. Logiquement, comme une rue, les matériaux intérieurs sont les mêmes qu’à l’extérieur, dans un souci de continuité, d’économie de matière, de pérennité et de résistance.

Nous nous sommes attachés à venir affirmer une architecture contemporaine singulière, à concilier les demandes spécifiques d’un programme et les données multiples d’un site, le tout passé au crible du développement durable. La rationalité du projet, la compacité des bâtiments, la qualité d’isolation de l’enveloppe, et le choix de systèmes énergétiques performants permettent à la fois de maîtriser le coût fixé pour l’opération et à la fois d’atteindre les niveaux de consommation définis à savoir RT 2012, en proposant même d’aller allant au-delà, nous engageant à atteindre l’objectif RT 2012 – 40%.