2017

2014 → 

Immeuble de bureaux

« Une identité chromosomique »

  • Situation : Rue Jacques Brel, Îlot 1, ZAC Armor - Saint-Herblain (44)

  • Programme : Réalisation d’un ensemble de 6 immeubles de bureaux

  • Mission : Base

  • Maîtrise d'ouvrage : Tolefi Ar Mor

  • Maîtrise d'oeuvre : Architecte mandataire et économiste : forma6 x BET Structure : Betap x BET Fluides : AlBdo x BET VRD : Pragma x Paysagiste : Zephyr

  • Coût des travaux : 4 012 680 € HT (Plot 1)

  • Surface : SP : 2 600 m² (Plot 1) - Total de l’opération : 13 800 m²

L’aménagement de l’îlot 1 s’inscrit dans une démarche urbaine globale, celle de la ZAC Armor, qui prend le pari du parc urbain. Notre intervention prolonge les principes d’un quartier nouveau auquel l’omniprésence du végétal donne un caractère remarquable. Il conforte le lien avec ce patrimoine naturel – parc de la Chézine, réseau des voies de structures vertes du quartier, et offre de nouveaux atouts : s’ouvrir sur le quartier dans un objectif de communication, s’inscrire dans une démarche environnementale afin de construire des bâtiments pérennes, confortables et faciles à vivre, et enfin assurer un fonctionnement efficient et adaptable à chaque structure.

Le projet composé de 6 bâtiments de même forme « chromosomique » implantés dans un parc urbain. Leur matérialité allie la rusticité de la brique, en moucharabieh, à la finesse du bois qui fait écho à l’environnement extérieur. L’unicité de chaque bâtiment se manifeste par une intervention spécifique dans chaque hall, espace de jonction entre les deux ailes du projet.

Il s’appuie sur 3 idées directrices : densité, centralité et trame.

  • Densité : Afin de pouvoir parler véritablement de parc urbain, notre premier travail a consisté à minimiser l’impact des bâtiments et des parkings aériens pour laisser la part belle au paysage. Le projet optimise l’emprise bâti en densifiant les bâtiments en R+2 en 5 unités identiques. Une sixième, singulière, fait office de pavillon d’entrée du parc et de symbole/repère urbain. Elle est proposée en R+3 pour accentuer sa verticalité.

Le projet arrive à un équilibre entre pleins et vides, densité bâtie et espaces libres. De la même façon, pour minimiser l’emprise des stationnements aériens et leur impact visuel, plus des 50% imposés sont en sous-sol. Le reste des places de stationnement vient se masquer à la vue le long d’une voie périphérique à l’îlot, l’ensemble ombragé par des plantations d’arbres. Le choix des stationnements périphériques à l’îlot permet de laisser le cœur d’îlot aux piétons.

  • Centralité : Le parcours piéton initié depuis la place d’entrée dans l’îlot se prolonge par une placette au pied du pavillon d’entrée, lui servant de terrasse, espace de convivialité extérieur d’où partent les cheminements piétons allant rejoindre les entrées de chaque entité.
  • Trame : Le bâti s’appuie sur une trame végétale rurale perdue puis recréée pour les besoins du projet et du phasage. Les arbres sont plantés en bosquet et/ou en alignement selon les lignes fictives de la trame « bocagère » et autour des îlots de parking. Le vaste espace central est engazonné et intègre des mouvements de terre permettant de gérer les déblais/remblais et habillant les rampes d’accès aux parkings souterrains. Les lignes des talus périphériques ont inspiré les brisures des volumes et des talus plantes. Les patios au cœur du bâti s’agrémentent d’essences horticoles et colorées en rapport avec la couleur des façades.