Requalification d’une rue dans le centre historique

« Etirer paysage et patrimoine sur la rue »

  • Situation : Fougères

  • Mission : Etude urbaine et de requalification de la rue de la Pinterie

  • Maîtrise d'ouvrage : Ville de Fougères

  • Maîtrise d'œuvre : Architecte, Urbaniste, mandataire : -logo- ✘ Architecte du Patrimoine : POST ✘ VRD, mobilités : TECAM ✘ Ecologue : IAO SENN ✘ Animation de rue, revitalisation commerciale : MELANIE BOGHOS - COQUELI

  • Surface : 450m (linéaire)

  • Montant des travaux : 500 000€

Fougères est remarquable par la richesse des paysages et de sa topographie. Ce relief singulier ménage des effets de surprise, anime les vues, offre des perspectives naturelles vers les patrimoines bâtis et naturels et renferme ponctuellement des paysages plus intimistes. La rue de la Pinterie, entre le château et la place du Théâtre, est un train d’union historique entre deux polarités de la ville. Sa topographie, son patrimoine architectural sont des clés de lecture du territoire.

Relier et diffuser les paysages de Fougères

La rue de la Pinterie, grâce à sa position privilégiée, devient un véritable élément de connexion entre les atouts paysagers et patrimoniaux environnants : le château, le jardin du Val Nançon, la ruelle des Vaux. Faciliter leur accès participe ainsi à leur mise en valeur. La continuité piétonne et paysagère transversale entre le porche et la place-jardin des remparts est l’isthme qui relie les deux rives du Nançon et leurs jardins. La place-jardin des remparts s’étire jusqu’à la rue, libérée de la contrainte du muret longitudinal et de la bande de stationnement côté jardin. La limite entre la rue et le jardin est fondue par le biais de dilatations ponctuelles : les terrasses des restaurants s’imbriquent dans ce cadre vert, comme de petites placettes et le jardin s’invite sur la rue. L’insertion de blocs rocheux à l’état brut et de tailles variables amène un décalage et révèle l’ancien sol, il fait émerger le socle de la ville. La végétation, en accord avec son milieu naturel, vient sublimer la ruine. Toutes les strates végétales, arbres, arbustes, vivaces sont convoquées.

Le patrimoine bâti s’invite lui aussi sur la rue, comme un rappel de l’histoire. Les venelles publiques et privées vers la ruelle des Vaux sont signifiées avec des éléments granit arasés transversaux. De la même manière, les murets de la place-jardin des remparts s’étirent sur la rue de la Pinterie grâce aux éléments de granit arasés, reprenant ainsi les traces du passé. Ces lignes, confortées par la plantation d’arbres, dessinent les dilatations végétales et minérales.

Cheminer de la ville haute à la ville basse

La rue de la Pinterie a une place à trouver dans les promenades de la ville. Sa fonction de connexion entre la ville basse et la ville haute peut être pleinement assumée en favorisant les liaisons douces. Un mode de circulation partagé, un stationnement intégré au traitement du sol écartent la place encore prépondérante de la voiture. En confortant les déambulations piétonnes, la rue devient plus qu’une porte de sortie de la ville.

Placer la rue de la Pinterie comme lieu de destination

La rue de la Pinterie présente des qualités patrimoniales, paysagères et commerciales à renforcer et à mettre en valeur dans les nouveaux aménagements. Ils contribueront alors à en faire un lieu de destination. La valorisation patrimoniale s’articule avec les aménagements de l’espace public par des ambiances urbaines différenciées auxquelles contribueront la colorimétrie des façades et la requalification paysagère. Les arcades présentes sur certaines sections de la rue, de par leur particularité architecturale, sont propices à la création de cellules commerciales.